Apnée du sommeil

Qu’est-ce que l’apnée du sommeil ?

L’apnée obstructive du sommeil (SAHOS), également appelée apnée-hypopnée obstructive du sommeil, est un trouble du sommeil qui implique l’arrêt ou une diminution importante du débit d’air en présence d’effort respiratoire. C’est le type le plus courant de troubles respiratoires du sommeil. Il se caractérise par des épisodes récurrents de collapsus des voies respiratoires supérieures pendant le sommeil. Ces épisodes sont associés à des désaturations récurrentes par l’oxyhémoglobine et à des excitations du sommeil.

Symptômes de l’apnée du sommeil

Signes et symptômes

En règle générale, les symptômes du SAHOS commencent insidieusement et sont souvent présents pendant des années avant que le patient ne soit référé pour évaluation.

Apnée du sommeil

Les symptômes nocturnes peuvent inclure :

  • Ronflement, généralement fort, habituel et gênant pour les autres
  • Les apnées observées, qui interrompent souvent le ronflement et se terminent par un reniflement
  • Sensations de halètement et d’étouffement qui réveillent le patient du sommeil, bien que dans une très faible proportion par rapport au nombre d’apnées qu’il ressent
  • Nocturie :  nombreuses visites aux wc la nuit
  • Insomnie; sommeil agité, les patients éprouvant souvent des excitations fréquentes et se retournant pendant la nuit

Les symptômes diurnes peuvent comprendre :

  • Sommeil non réparateur (c.-à-d. «Se réveiller aussi fatigué qu’au moment d’aller au lit»)
  • Maux de tête le matin, gorge sèche ou maux de gorge
  • Somnolence diurne excessive qui commence généralement lors d’activités silencieuses (p. Ex. Lecture, regarder la télévision); à mesure que la gravité empire, les patients commencent à s’endormir lors d’activités qui exigent généralement de la vigilance (p. ex. école, travail, conduite)
  • Fatigue de jour
  • Déficits cognitifs ; troubles de la mémoire et intellectuels (mémoire à court terme, concentration)
  • Diminution de la vigilance
  • Confusion du matin
  • Changements de personnalité et d’humeur, y compris dépression et anxiété
  • Dysfonction sexuelle, y compris impuissance et diminution de la libido
  • Reflux gastro-oesophagien
  • Hypertension

Diagnostic de l’apnée du sommeil

En général, l’examen physique est normal chez les patients atteints de SAHOS, mis à part la présence d’obésité (indice de masse corporelle: supérieur à 30 kg / m2 ), d’un tour de cou élargi (hommes: supérieur à 43 cm ; femmes: supérieur à 37 cm) et hypertension.

Il est nécessaire d’évaluer les voies aériennes supérieures chez tous les patients, en particulier chez les adultes non obèses présentant des symptômes compatibles avec le l’apnée du sommeil.

Les conclusions de l’examen peuvent inclure :

  • Score de Mallampati anormal (surélevé) : identifie le risque d’intubation trachéale difficile
  • Réduction des parois des voies respiratoires latérales : Indicateur indépendant de la présence d’apnées obstructives du sommeil chez les hommes mais pas chez les femmes
  • Amygdales élargies
  • Rétrognathisme ou Micrognathie
  • Grand degré d’overjet (écart très important de distance entre les dents supérieures et inférieures)
  • Palais dur élevé
  • Hypertension artérielle systémique : Présent dans environ 50% des cas d’apnées obstructives du sommeil
  • Insuffisance cardiaque congestive
  • Hypertension pulmonaire
  • Accident vasculaire cérébral
  • Syndrome métabolique
  • Diabète de type 2

Imagerie

Votre médecin peut demander un test d’imagerie, tel qu’une radiographie, une tomographie ou une imagerie par résonance magnétique. Ces tests vérifient la structure de vos voies respiratoires à la recherche de problèmes tels qu’un septum (cloison) dévié.

Diagnostic apnée du sommeil

Une étude du sommeil d’une nuit ou polysomnographie est nécessaire pour diagnostiquer l’apnée du sommeil.
Elle consiste à enregistrer durant un minimum de 6 heures différents paramètres comme :

  • Rythme respiratoire
  • Ronflement
  • Analyse des sons de la trachée
  • Mesure du CO2 à l’expiration
  • Saturation en oxygène du sang
  • Fréquence cardiaque
  • Etc.

Vous pouvez généralement le faire à la maison, mais vous devrez parfois rester à la clinique toute la nuit afin que les médecins puissent vérifier les signes d’apnée du sommeil.

Traitement de l’apnée du sommeil

PolysomnographeLe traitement du  SAHOS dépend en partie de la sévérité des troubles respiratoires du sommeil du patient. Les personnes présentant une apnée légère ont plus d’options, tandis que les personnes présentant une apnée modérée à sévère doivent être traitées le plus souvent avec un appareil à pression positive continue (PPC).

Il existe diverses solutions mécaniques pour traiter le syndrome de l’apnée obstructive du sommeil. Le PPC vu plus haut, mais aussi l’orthèse d’avancée mandibulaire permet souvent de régler le problème.

Si aucun médicament n’est capable actuellement de soigner le SAHOS, dans certains cas il est cependant possible de réduire le soucis. Si l’apnée est due à :

  • Une rhinite allergique : la prise de corticoïdes par voie nasale peut diminuer la quantité d’apnées nocturnes.
  • Des reflux gastriques (type hernie hiatale) l’usage de médication anti reflux agira favorablement.

 

Traitement chirurgicale de l’apnée du sommeil

L’intervention chirurgicale pour l’SAHOS comprend, sans toutefois s’y limiter, les éléments suivants:

  • Les implants palataux ou la procédure du pilier :
    consiste à insérer de petits implants en plastique dans le palais mou qui aident à prévenir son effondrement qui peut provoquer le ronflement.
  • Uvulo-palato-pharyngoplastie :
    il s’agit de l’ablation de la luette et un morceau du palais mou (sous anesthésie générale) pour favoriser la circulation de l’air. Si elle permet de réduire les ronflements, son efficacité n’est avérée que pour la moitié des cas traités. Généralement l’opération se fait avec un laser.
  • La somnoplastie :
    utilise de faibles niveaux de chaleur par radiofréquence pour éliminer les tissus de la luette et du palais mou qui vibrent pendant le ronflement. L’intervention est réalisée sous anesthésie locale et dure environ 30 minutes.
  • Reconstruction craniofaciale avec avancement de la langue ou des os maxillomandibulaires :
    cette opération de chirurgie orthognatique permet d’avancer les maxillaires. Elle est considérée comme une de plus efficaces pour les apnées du sommeil sévères.
  • Trachéotomie :
    c’est une intervention qui s’adresse aux cas les plus graves et aux patients chez qui la PPC ne fonctionne pas. Il s’agit ici, d’ouvrir la trachée sous la gorge afin de faire entrer l’air directement dans les poumons. Cette ouverture peut être obturée durant la journée.
  • Chirurgie bariatrique :
    pour les sujets atteints d’obésité très lourde la perte de poids peut être une solution efficace pour réduire les apnées du sommeil.